Logo EnTete New

Sites officiels
FFCT Public FFCT-Adhérents VéloEnFrance Ligue Nouvelle Aquitaine

Site ancienne Ligue

CODEP 33

 

Bienvenue sur le site du Club de cyclotourisme de Gujan Mestras.
Le club est affilié à la Fédération Française de Cyclotourisme.

Nous pratiquons le vélo pour le sport, le plaisir de nous rencontrer et pour découvrir des paysages et sites.

Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript.
Voici les ►instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web


  Retour à l'accueil

Securité

Les différentes amandes que vous encourez si vous êtes en infraction
quel que soit le vélo

90.=> ne pas s'arrêter à un feu rouge ou clignontant
90.=> griller un STOP
90.=>refuser une priorité à droite
90.=>Rouler en sens interdit;sauf sur les <Bandes cyclables> prévues à cet effet
90.=>Ne pas respecter les signalisations lumineuses régulant la traversée des pietons
90.=>Rouler sur la partie de gauche de la chaussée en marche normale
90.=>Rouler en vélo sur un trottoir quand on a plus de 8 ans même si c'est pratique parfois
90.=>Franchir une ligne blanche *attention même pour doubler les voitures en cas d'embouteillage
90.=>Ne pas rester sur sa droite en conduite normale*par exemple si vous roulez à plusieurs
      l'un à côté de l'autre sur la route
22.=>Rouler dans une voie de bus quand la réglementation ne le permet pas
22.=>Rouler à plus de deux de front sur la chaussée rejoint la régle<Ne pas rester sur sa droit en conduite  normale>
     
22.=>Se faire tirer par un vélo ou tout autre véhicule
22.=>Ne pas rouler à allure réduite dans une zone piétonne normalement
     un cycliste doit mettre pied à terre dans une zone piétonne!
11=>Pas de gilet réflèchissant (obligatoire hors agglomération de nuit
      Ca peut sauver la vie et éviter les accidents,alors n'hésitez pas
 

 

 

 Le casque est au vélo ce que la ceinture de sécurité est à la voiture.

On ne s'en rend pas compte quand on fait du vélo,mais lors des chutes et des accidents de vélo c'est souvent la tête qui se retrouve à prendre le choc en premier.Un trou dans la chaussée,un ostacle dans une descente et c'est tout le corps qui est propulsé en avant la tête la premiere c'est dans ces moments que casque prend toute son importance..           Alors le casque pas obligatoire mais indispensable

                      LA CHARTE DU BON CYCLISTE

  • Code,règlement,appliquera.          
  • Tout usager respectera.
  •  Bras,dos,pieds,jambes de couleurs vives couvrira.
  • Yeux,mains,tête protégera.
  • Matériel "bichonnera".
  • Ecarts brusques ne fera.
  • A plus de deux front ne roulera.
  • A droite circulera. Direction indiquera.
  • Sur l' accotement s'arrêtera.
  • A tout temps,à tout lieu,vitesse adaptera.
  • En groupe,devant responsable se sentira.
  • Dangers signalera.Trajectoire ne coupera.
  • Derrière ,dépassements, sans excès, facilitera.
  • Toujours courtois,le vélo pratiquera.

  


 La sécurité c'est protéger son intégrité physique et celle des autres.
C'est l'affaire de tous :

  • Entretenir son vélo
  • Maitriser son vélo
  • Régler son vélo
  • Contrôler son vélo l'adapter aux circonstances
  • Prendre garde aux pièges
  • Pression des pneus = à10% de son poids  ex 80kg = 8bars

La sécurité c'est :

  • Garder sa ligne
  • Se protéger
  • Garder ses distances
  • Porter un casque
  • Ne pas freiner sans avertir
  • Porter des vêtements adaptés aux temps
  • Gérer son effort
  • Connaitre ses capacités
  • Boire et s'alimenter

D'autres pistes :

  • Donner des conseils a ceux qui ne semblent pas concernés par la sécurité
  • Prêter attention aux consignes de votre animateur
  • Connaitre comment roule le cyclo qui se trouve devant vous
  • Signaler verbalement et en levant le bras : les arrêts, les dangers, les trous et obstacles en général garder sa ligne
  • Prêter attention lorsque l'on se retourne on fait un écart involontaire
  • En descente avertir que l'on double
  • Privilégier les groupes 5 à10 cyclos sur les routes très fréquentées par les automobiles
  • Lorsqu'on roule en file indienne une distance de 50 cm doit être maintenue entre les deux vélos afin d'éviter toute collision ou accrochage de roue
  • Le cycliste qui suit doit observer continuellement celui qui le précède
  • Le cycliste qui précède doit rouler à une vitesse régulière et ne faire aucune manœuvre brusque sans aviser celui qui le suit.

.

 Innocent                         

                                                                 L'insécurité est elle un faux probléme?
          
                                                                         Accidentologie (données sécurité routiére)
                                                                           
                                   Année        1970      1980      1990      2000      2005      2010      2011

                                    tués           800        650       400        250         200        150        147
                                  

                                                                    Accidentologie a la FFCT


         Depuis 10 ans le nombre de tués/an par accident routier est de 12 à 15% (en moyenne)
      
        NOTA= le nombre de morts/an par accidents cardiaques est de 25% en moyenne
                    il évolue de façon inquiétante sur les derniéres années


                   Pour les années 2006 2010 le nombre des déclarations d'accidents en moyenne
                   annuelle aux alentours de 3000 soit 2,5% déclarations licenciés.

                    
                Le rôle du Délégué de Sécurité du Club

  •     Il n'est pas le gendarme du club


  Définition

  • c'est la personne de dialogue qui s'attache à faire passer des messages et des informations

qui émanent de sources fédérales et officielles concernant la sécurité du cyclotourisme
au niveau de son club ou d'autres structures don il se référe.


AVANT les activités

  •  il donne des consignes,informe,renseigne

PENDANT les activités

  • il rectifie les positions,les allures,le comportement
  • il assure le respect de la réglementation

                    
                                                       

                                                                                       
    Les réactions face à l'ACCIDENT                                                              

                    
                    INTERVATOIN AUPRES DE LA VICTIME

                                       APRES.......

  •                     S'être protégé

  •                     Protéger la victime

  •                     Protéger les témoins

  •                     Signaler la zone de danger

                    

  •            P       proteger

           

  •             A     alerter

 

  •             S     secourir

                
                                                                                    
                                                                                          

      Rouler en groupe :
Règle d'or : Respecter les automobilistes comme on aimerait qu'ils nous respectent.
Comment : Faire en sorte de ne pas être une gêne et leur permettre de nous doubler en toute sécurité.
Aussi :
- Nous ne roulons jamais à plus de deux de front.
la sécurité routière auprès de tous les usagers, elle vient de mettre en place sur quatre ans la diffusion d'un dépliant rappelant les contraintes des cyclistes sur la route et des recommandations sur le comportement au volant dans des situations types. Depuis le premier janvier 2006, ce document est remis par les préfectures et sous préfectures, à tous les nouveaux conducteurs ayant réussi leur permis de conduire.

Au nom de la sécurité pour tous les usagers

Question : Combien de cyclistes doit comporter un peloton ?
Réponse : C'est la gêne occasionnée aux autres usagers de la route qui fixe le nombre exact.
- 5 à 7 sur des routes étroites et sinueuses.
- 15 à 20 sur des routes ayant de longues lignes droites.

Règle du bon sens à retenir :La longueur du peloton ne doit pas excéder 1/4 de la ligne droite avec un maximum 20 cyclistes.

  


                 l'accident de la route

Il se produit souvent au moment où on l’attend le moins. Seule une approche
préventive associée à une vigilance constante permet de l’éviter.
LA PRÉVENTION
La meilleure gestion de l’accident, c’est la prévention.
La prévention c’est l’ensemble des mesures prises en vue d’éviter les accidents
de la route.
◗ Par une maintenance planifiée de son vélo.
◗ Par le respect du Code de la route.
◗ Par le port du casque et d’un gilet rétro-réfléchissant.
◗ Par le refus du risque météorologique.
◗ Par la vigilance…
CHUTE EN GROUPE
Les attendus d’une Cour d’appel font maintenant jurisprudence.
La responsabilité de celui qui cause la chute est engagée sur les fondements
des articles 1382 et 1384 du Code civil : “Faute d’inattention pour s’être laissé surprendre
par le ralentissement” et le non respect du Code de la route Art. R 412-6
paragraphe 2 “Se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément
et sans gêner toutes les manoeuvres qui lui incombent”.
Art. R 412-12 “Maintien d’une distance de sécurité suffisante pour éviter une collision”.
LES MESURES D’URGENCE
 Que faire en cas d’accident
Avant toute action  Évaluer la situation présente
◗ Si cela est le cas la victime est exposée à un danger : on protège la zone
avant de s’occuper du blessé.
La priorité du sauveteur est de se protéger.
◗ Si ce n’est pas le cas on évalue la blessure et on appelle les secours.
La cause est-elle toujours présente ?
La victime peut-elle être la cause d’un sur-accident ?
L’accident de la route
 Protéger la zone
◗ Le sauveteur et la victime doivent être protégés par la mise en place de
balisages en amont et en aval pour signaler l’accident aux autres usagers
(utilisez tous les moyens matériels disponibles et témoins pour sécuriser
la zone).
◗ Si possible arrêter la circulation.
◗ Si la zone est impossible à sécuriser : dégager la victime le plus rapidement
possible. À ne faire qu’en cas d’absolu nécessité car cette manoeuvre
peut être dangereuse pour la victime en cas de traumatisme.
 Évaluer l’état de la victime
◗ Est-elle inconsciente ? ◗ Saigne-t-elle ?
◗ Respire-t-elle ? ◗ Que ressent-elle ?
 Alerter les secours
Appeler en priorité
◗ 15 SAMU. Pour tout problème de santé, particulièrement si le risque est
cardiovasculaire (dialogue direct avec un médecin régulateur = gain de
temps).
◗ 18 les pompiers (incendie, accident corporel, autre…).
◗ 112 N° d'appel européen (pour les étrangers en France et les Français en
Europe). Il est relié au 15 ou au 18 selon les départements.
Nota important : Le 112 fonctionne réseau saturé et carte SIM bloquée.
À partir des éléments que vous aurez recueillis vous répondez aux questions posées
par le régulateur et vous l’écoutez pour connaître les gestes que vous aurez
ensuite à faire. Si vous n’êtes pas seul communiquez les immédiatement à la personne
qui s’occupe du blessé pour qu’elle puisse commencer les premiers soins
pendant que vous êtes au téléphone (chaque seconde gagnée est importante).
Avant d’appeler vous devez connaître :
◗ Le N° du téléphone avec lequel vous appelez.
◗ Le nombre d’accidentés et la description de l’état de chaque victime.
◗ La localisation très précise de l’endroit.
◗ Les premières mesures prises.
◗ Les risques éventuels.
 Secourir
◗ La victime saigne abondamment
- Appuyer sur la plaie avec un pansement compressif ou avec la main pour arrêter
le saignement puis l’allonger et la couvrir en attendant les secours.
◗ La victime est inconsciente
- Si elle respire la mettre en Position Latérale de Sécurité (PLS) et la recouvrir
d’une couverture ou vêtement.
- Si elle ne respire pas pratiquer la réanimation.
Ces gestes s’apprennent dans les stages de premiers secours PSC1. N’hésitez
pas à vous y inscrire, ils peuvent sauver votre camarade de randonnée.


L’accident de la route
Ne jamais raccrocher
sans y avoir été invité “ “

L’ENQUÊTE DE POLICE
 L’alerte
La police ou la gendarmerie est alertée soit systématiquement par les services
de secours si vous avez alerté par le 15 ou le 18, soit éventuellement par vos
soins en composant le 17. Il y a interconnexion des numéros.
Dans l’attente des secours :
◗ Porter secours aux blessés dans la mesure où vous avez les compétences
requises.
◗ Faire patienter les témoins, relever le numéro d’immatriculations des
véhicules en cause.
◗ Ne pas modifier la scène de l’accident avant l’arrivée des enquêteurs,
éventuellement prendre des photos des lieux (téléphone mobile).
◗ Protéger les lieux de l’accident afin d’éviter le sur-accident en plaçant des
personnes en amont et en aval de l’accident et réguler la circulation si nécessaire.
Une fois sur place, les enquêteurs :
◗ Procèdent aux constatations (photos, mesures, identités des victimes et
témoins, état des véhicules).
◗ Effectuent le contrôle alcoolémique et/ou toxicologique des conducteurs
impliqués.
◗ Recueillent toutes les informations nécessaires permettant la manifestation
de la vérité.
 Le constat ou le procès-verbal
Trois possibilités :
Bien que spectaculaire l’accident n’a fait aucun blessé (accident matériel).
Constat amiable à effectuer entre les parties. Cela n’empêche pas le contrôle
alcoolémique et la vérification des documents de conduite par les forces de
l’ordre.
L’accident a fait un ou plusieurs blessés qui sont dirigés vers un hôpital.
Quelle que soit la gravité des blessures un constat ou procès-verbal est établi
par la police ou la gendarmerie.
 Vous êtes blessé léger et il n’y a pas de dommage pour la partie adverse ou
les dommages ne sont que matériels, et refus du constat de Police ou Gendarmerie
par vos soins.
Constat amiable à effectuer entre les parties. Décharge prise par les forces de
l’ordre, vérification d’alcoolémie et des documents de conduite.
L’accident de la route


Nota : dans la mesure ou il y a constat de Gendarmerie ou de Police il n’est
pas forcément nécessaire de rédiger un constat amiable, puisque seul le
procès-verbal fait foi devant les tribunaux et l’assurance ne statuera sur les
responsabilités qu’après passage devant le tribunal. La Gendarmerie ou la Police
vous remettra un récépissé mentionnant le numéro de la procédure à remettre
à votre assurance.
Dans tous les cas effectuer la déclaration de sinistre dans les 5 jours ouvrés à
votre assurance.
À savoir qu’un bon constact amiable
vaut mieux qu’un mauvrais procès. “ “

L’accident de la route

 Information complémentaire
La Fédération a édité un dépliant “La chute à
vélo” dans lequel figure tous les conseils
utiles illustrés de schémas explicatifs.
Vous pouvez l’obtenir sur simple demande à
la FFCT accompagnée d’une enveloppe
timbrée.
Ce dépliant peut sauver la vie !
Gardez-le dans votre sacoche avec votre
licence.        
          

 


                                


             
                  

  • Bandes, pistes cyclables, aires piétonnes, trottoirs.

                L'obligation d'emprunter les pistes cyclables et bandes cyclables est instituée par l'autorité investie du pouvoir de police,après avis du préfet.

                Pour savoir si c'est obligatoire ou non, vous devez faire attention au type de panneau de signalisation.

       Panneau de forme circulaire avec un vélo blanc sur fond bleu:  

 piste ou bande obligatoire pour les cycles sans side -car ou remorque      

       Panneau de forme carré avec un vélo blanc sur fond bleu:

           Piste ou bande cyclable conseillée ou réservée aux cycles à 2 ou 3 roues.

                En ville, les cyclistes peuvent emprunter les couloirs réservés aux transports en commun.

                Circuler à vélo dans les rues à sens interdit: lesdoubles sens cyclables, dans les zones 30, les rues à sens unique voiture seront autorisés à double sens aux vélos, sauf dispositioncontraire (ex: arrêté municipal).

                Vous pouvez circuler sur les aires piétonnes, sauf disposition contraire prises par l'autorité investie du pouvoir de police, à condition de conserver l'allure basse et de ne pas occasionner de gêne aux piétons.

                Le remonte fil (dépassement des voitures à l'arrêt) à droite estinterdit.

                Le remonte fil (dépassement à gauche desvoitures à l'arrêt) est considéré comme un dépassement, donc autorisé si possibilité de reprendre sa place 

 

LES RÈGLES DE SÉCURITÉ ACTIVE :

  • Tous les cyclistes compétents observent ces règles :
  • Signalez les obstacles et les directions et relayez ce signal vers l'arrière :

           .    Ne jamais faire un dépassement sur la droite lorsque nous sommes en groupe

    • Signalez les trous, fissures, grille de rue, trou d’homme, gravillon ou sable sur la chaussée en pointant vers le bas avec le bras situé du côté de l’obstacle à éviter.
    • Si vous devez faire face à un obstacle non signalé qui se trouve directement dans votre trajectoire, évitez de changer brusquement votre trajectoire ou de freiner brusquement. Ceci est d’ailleurs la cause généralisée des carambolages. Dans ce cas, levez vous de votre banc pour réduire le choc et limiter les dégâts. Vous pouvez également tenter de sauter par dessus l’obstacle. Oui, cela relève du CDS[1] mais avec un peu de pratique, il est plutôt facile d’effectuer un saut en roulant (en tirant simultanément guidon et pédales par le haut). Dans tous les cas, mentionnez haut et très fort « Attention » pour ceux qui vous suivent.
    • Aux croisements des véhicules roulants (généralement à gauche) en mentionnant haut et fort la direction de ces véhicules. Puisque la sécurité passe avant tout, au diable la rectitude langagière : « Car Up » pour les véhicules devant et « Car Back » pour les véhicules qui s’apprêtent à dépasser le peloton.
    • Aux dépassement des obstacles majeurs (généralement des véhicules stationnés, des piétons ou obstacles divers situés à droite) en mentionnant haut et très fort « obstacles à droite » ou en indiquant avec un geste clair que le peloton doit bifurquer à gauche pour éviter l’obstacle (généralement en balayant de gauche à droite votre bras droit à l’arrière de vous).
    • Aux carrefours en indiquant ou mentionnant haut et fort les directions à prendre : « à droite », « à gauche » ou « tout droit en avant » o Aux arrêts en mentionnant haut et très très fort « Stop ». Aux intersections achalandées ou lorsque vous devez ralentir fortement à l’intérieur d’un peloton (pour les mille et une raisons).
  • Ne pas rouler à plus de deux de front dans un peloton. Dans les zones à risque (passage étroit, absence de voies d’accotement, piste cyclable, etc.) rangez vous dans une ligne simple.
  • Gardez votre ligne dans les courbes.Lorsque le peloton s’apprête à emprunter une courbe, gardez la même position dans le peloton (ne tentez pas de couper vers le centre ou l’extérieur de la courbe).
  • Prenez la roue de l’autre avec une distance sécuritaire. Si vous pouvez vous approcher à un maximum de 10 centimètres de la roue de l’autre (entre 0 et 45 degrés à l’arrière de la roue avant), vous ne devez jamais placer votre roue en parallèle de la roue avant. Si votre roue est en parallèle, le moindre mouvement brusque du vélo de devant pourrait entraîner votre chute… et celle des autres.
  • Gardez les mains sur les guidons.
    • Ne lâchez jamais les guidons en peloton (gardez au moins une main solidement sur le guidon qui est prête à réagir aux freins).
    • En peloton, ne jamais utiliser les appuis coudes de type triathlon. Jamais.
    • Dans les descentes, positionnez vos deux mains solidement sur les guidons, de préférence sur les arceaux, avec les doigts sur les freins pour être en mesure de parer à toute éventualité.
  • Pratiquez vous à anticiper les situations. Faites travailler vos neurones en tout temps.Surtout quand le rythme est très rapide. Par exemples : que ferez vous si, dans une courbe, le cycliste de devant freine et vous oblige à bifurquer à gauche et qu’un véhicule vient devant ? Avez-vous de la place pour vous replacer rapidement dans le rang ? Si le cycliste de devant semble exténué, devez vous laisser un peu plus d’écart entre vous et lui ? L’obstacle qui s’annonce à droite à l’avant sera t-il perçu par tous ? Dans un même ordre d’idées, prenez le temps d’observer en début de parcours vos collègues afin de déceler chez eux leur niveau d’expérience en peloton et ajuster votre comportement en conséquence. Et, en usant de fortes doses de diplomatie, n’hésitez pas à suggérer à ceux ou celles qui semblent ne pas respecter les codes de sécurités, les comportements adéquats.
  • Gardez votre concentration : Tel que mentionné plus haut, les accidents se produisent en très grande majorité en milieu ou fin de parcours prévu. Quand les gens sont fatigués. Malgré tout, gardez le focus. Si vous n’en pouvez plus, dites vous que cela achève, soyez sage et de façon sécuritaire, écartez-vous du peloton et tentez de vous accrocher à un peloton qui suit à l’arrière.

Pour terminer, voici quelques règles concernant les relais en peloton.

Les relais

Lorsque vous prenez le relais ce n’est pas à vous d’accélérer, mais c’est à celui qui vous précède de ralentir.

Lorsque vous prenez le relais, c’est-à-dire lorsque celui qui est devant vous se tasse pour vous laisser prendre la tête du peloton, il y a de grosses chances, surtout si vous n’avez pas beaucoup d’expérience, que vous soyez porté à accélérer de quelques km/h. Une file de cyclistes se comportant comme un ressort ou un accordéon, le dernier à la queue aura à produire une accélération plusieurs fois plus grande que la vôtre. Vous risquez alors de produire un largage involontaire. Pour éviter d’avoir ce comportement vous pouvez, lorsque vous êtes en deuxième place dans la file, vérifier sur votre compteur la vitesse à laquelle vous roulez.

Lorsque vous passez le relais :

Jetez d’abord un coup d’œil en arrière.

Indiquez clairement votre intention de passer le relais à celui qui vous suit. Écartez-vous très doucement de votre ligne de roulement.sur la gauche

Déplacez-vous de votre ligne, que d’environ un guidon et demi.

Rétrogradez le peloton en frôlant les équipiers.

Avant de faire un relais, il est prudent de jeter un coup d’œil en arrière du côté où vous avez l’intention de vous déplacer. Vous pouvez ensuite dire "relais" à celui qui vous suit (ou l’annoncer d’un geste clair de la main) et finalement ralentir légèrement tout en vous tassant sur le côté.

Il ne faut pas quitter brusquement sa ligne de roulement. Certains utilisent cette façon de faire afin d’indiquer clairement qu’ils laissent la tête du peloton. Vous risquez de surprendre les troisième et quatrième cyclistes de la file qui ne vous avaient pas initialement dans leur champ de vision. En vous voyant vous déplacer de façon brusque, ces cyclistes peuvent avoir l’impression qu’un obstacle majeur se trouve devant eux, ce qui peut provoquer un ralentissement soudain de tout le peloton.

Pendant que vous descendez vers l’arrière du peloton, vous devez rester relativement serré sur lui.

Si vous ne voulez pas faire les relais :

Si vous trouvez que le groupe roule trop vite pour vous, il est préférable de continuer à faire la rotation et de faire un relais très court (quelques secondes) plutôt que de demeurer en fin de peloton.

Évitez de vous rendre jusqu’en deuxième position de la file et de refuser de faire le relais en demandant à celui qui vous suit de le prendre à votre place. Cette façon de faire crée une confusion dans le groupe et brise inévitablement le rythme.

La tête du peloton

En tête de peloton, vous devez :

Maintenir une vitesse la plus régulière possible.

Indiquer clairement les virages et les arrêts.

Indiquer, en pointant du doigt, les trous et les crevasses dangereuses.

Éviter de passer très près des trous et crevasses.

Devant un obstacle (piéton, voiture stationnée, etc.) indiquer d’un mouvement de la main qu’il faut s’éloigner du bord de la route.

Ne jamais s’écarter brusquement lorsqu’il y a un obstacle sur la route.

Surveiller les chiens qui pourraient avoir la tentation de venir jouer aux quilles avec le peloton.

En tête de peloton, vous pouvez vous considérer comme un pilote de Boeing (salaire en moins) et toute la responsabilité du groupe. Rouler à la tête d’un peloton est malgré les apparences beaucoup plus exigeant que de rouler seul. Il faut être concentré, prévenant et le plus stable possible.

Pour augmenter la vitesse du peloton vous devez :

Vous assurer que l’ensemble des cyclistes du peloton est capable d’absorber ce gain de vitesse.

L’augmenter très graduellement, un km/h à la fois.

Ne jamais le faire juste après avoir pris le relais.

Il faut savoir faire corps avec le reste du groupe. À quoi bon augmenter la vitesse et finalement se retrouver seul ou à deux trois en avant du peloton? Rappelez-vous qu’une sortie cyclotourisme n’est pas une course. Si après avoir augmenté la vitesse durant votre relais, vous réalisez que le groupe revient à la vitesse qu’il avait avant, c’est probablement parce qu’il ne veut pas rouler plus vite.

Formation de deux lignes parallèles

Il est préférable, pour un groupe de six cyclistes ou plus, de rouler en formation de deux lignes parallèles.

Une file de cyclistes trop longue produit beaucoup d’effet de ressort, ce qui peut, à la longue, devenir épuisant. Le roulement à deux lignes est alors plus confortable et l’effet d'aspiration est plus efficace.

Dans une formation à deux lignes, on peut faire les relais deux par deux ou par un roulement du groupe.

a) Le relais deux par deux a l’avantage de vous laisser côtoyer le même cycliste pendant une bonne partie du parcours. Il a l’inconvénient de prendre beaucoup de place sur la route puisqu’au moment du relais il y a trois cyclistes de large.

b) Pour faire des relais par roulement :

Il faut que la ligne de droite remonte lentement la ligne de gauche jusqu’à ce que le cycliste d’en avant puisse se tasser à gauche. Celui qui est en arrière à gauche se tasse alors dans la ligne de droite.

Ce manège peut évidemment se répéter indéfiniment. Le relais par roulement est plus difficile et demande des cyclistes un peu plus expérimentés. Il est important que tous les cyclistes du groupe soient conscients des manœuvres à exécuter.

Faire des relais très courts est la façon la plus rapide de rouler en groupe de cinq à dix cyclistes. Aussitôt qu’on a atteint la première place de la ligne montante, on se déplace dans la ligne descendante du groupe.

De cette façon, chaque cycliste reste très peu de temps face au vent (10 à 20 secondes) ce qui permet à tout le groupe de rouler très rapidement.

 

Si le vent vient de la gauche, le cycliste de tête se place près du centre de la route; s’il vient de la droite, il doit être à la bordure de la route. Vous évitez de croiser votre roue avec celle du cycliste qui vous précède. Les cyclistes très expérimentés roulent assez près les uns des autres en plaçant leur roue avant à mi-chemin de la roue arrière de celui qui les précède.

 

Si vous vous déplacez transversalement, le cycliste qui vous suit sera obligé de faire la même chose, mais avec possiblement un déplacement un peu plus prononcé que le vôtre. Cet effet d’amplification du déplacement peut donner des sueurs froides à ceux qui sont à la queue de l’éventail.

En formation d’éventail, il faut prendre les relais du côté d’où vient le vent. Sinon, vous seriez obligé d’accélérer avant de faire votre relais. (voir la figure) Par vent de côté, si le groupe est trop gros pour un éventail simple, il faut se placer en formation d’éventail double et faire des relais courts.

La formation en éventail ne fonctionne pas bien lorsque le groupe est trop gros (plus de 7 ou 8).

Les derniers, à la queue de l’éventail, sont alors en bordure de route et ne peuvent pas profiter de l'aspiration de ceux qui les précèdent. Il est alors préférable de faire deux éventails un derrière l’autre et de faire des relais en changeant d’éventail. Comme pour la roue, il est nécessaire que tous les cyclistes du groupe soient conscients des manœuvres à exécuter.

 

Rouler en peloton

Si vous roulez en formation

  • Placez vous directement en arrière de la roue, 15 à 45 cm ( 6 à 18 po.). On se place en échelon seulement dans des conditions de vent de coté avec un groupe d'habitués.
  • Ne regardez pas la roue en avant de vous mais regardez la route, deux ou trois cyclistes en avant. Votre anticipation et votre réaction n'en seront que meilleurs.
  • Ne freinez pas. Gardez votre position. Si votre vitesse augmente, ralentissez le pédalage ou prenez une position plus droite pour vous ralentir par le vent. Surtout, ne passez pas à coté du cycliste en avant de vous.
  • Gardez votre ligne. Si vous louvoyez et que votre suivant est hors-ligne, il chutera si vous lui toucher. De même, si vous suivez et que vous commencer à dépasser, si le précédent change de voie et vous touche, vous tomberez.
  • Indiquez vos intentions avec des signes clairs et possiblement une annonce vocale ( "virage à droite", "chemin de fer", etc. )
    P.S. un virage à droite se montre avec la main droite tendue, pas avec la main gauche en l'air.
  • Surtout, lorsque vous prenez la tête, maintenez la même vitesse.
    Regardez votre ordinateur.
    Après un repos, il est facile d'accélérer, mais les suiveurs ne sont pas préparés pour une accélération.




les ronds points

Pour nous cyclistes, le carrefour à sens giratoire est un piège et un casse-tête, car nous ne savons pas comment nous y comporter. Et quand nous copions les automobilistes, nous sentons bien que les choses risquent de mal se passer, et aucun d’entre nous n’a envie de passer sous les roues d’une voiture.

Alors, comment faire ?

La première préoccupation du cycliste, c’est d’assurer sa sécurité vis à vis des automobilistes. Ces derniers, qui savent rarement ce que circuler à vélo signifie, n’ont qu’une idée imprécise des besoins et du comportement des cyclistes, et de celui qu’ils doivent adopter vis à vis d’eux. Il est donc nécessaire d’être particulièrement clair, de bien se faire comprendre.

Premier principe, donc : occuper le terrain, prendre sa place, toute sa place.

Cela signifie que le pire des comportements est de  » laisser la place  » aux voitures en serrant sa droite tant à l’entrée que dans le giratoire. Cela n’a que des inconvénients, ce bord extérieur étant le plus souvent jonché de détritus divers, graviers, morceaux de verre, fatals à nos fragiles pneumatiques. De plus, la nature ayant horreur du vide, plus les cyclistes cèderont la place, moins les automobilistes leur en laisseront. C’est dommage, mais c’est ainsi.


     
     

                
                                                                                    


  Retour à l'accueil

 

 .

  



.